Fiona
Fiona Oakes (Essex, UK)
(pseudo « marathon girl » sur veganfitness)
Née le:

1/08/69
Poids:
53
Taille:
169
Court depuis:
1998 (cycliste avant)
Végane depuis:
1980
 Records personnels:

800m, 2'24
1500m 4'37
5k 16'58
10k 35'11
10 miles 58'40
SM 1H18.21
Marathon 2H47



Fiona Animal Sanctuary:
Fiona sur la bbc.ko.uk 1 2 3


Pourquoi as-tu commencé à courir?

Je viens d’un milieu cycliste et j’avais l’habitude des courses sur piste et sur route. Quand nous avons déménagé, acheté le refuge des animaux, commencé à recevoir beaucoup d’animaux, j’ai trouvé que je n’avais pas assez de temps pour m’entraîner correctement en vue des courses cyclistes. Je me suis mise à courir pour rester en forme.. 

Pourquoi es-tu devenue végane?
Je suis devenue végétalienne enfant, simplement parce que j’adorais les animaux et ne voulais les exploiter d’aucune manière. Je suis devenue végétarienne vers l’âge de 5/6 ans et végétalienne à 11 ans. Personne de ma famille n’était végétarien à l’époque, j’ai décidé cela toute seule.

Quelle est la meilleure chose dans la course à pied?
La liberté et le challenge de la course à pied sont définitivement les meilleures choses. Être capable d’arpenter les rues en n’utilisant rien d’autre que son propre pouvoir – c’est génial !

La pire chose?
Les nombreuses heures d’entraînements nécessaires pour courir un marathon. Je m’entraîne 11 fois par semaine – quelquefois deux fois par jour et en général environ 80-100 miles par semaine quand je prépare un marathon..

Quelle est la meilleure chose dans le fait d’être vegan?
La meilleure chose est l’état de forme que tu ressens à la fois à l’intérieur et à l’extérieur de toi. Tu peux vivre avec la conscience claire de ne pas exploiter les autres espèces simplement pour vivre..

La pire?
Il n’y a aucun mauvais côté à être vegan – ils sont tous bons !

Quelle est ta meilleure compétition/ton meilleur challenge et pourquoi?
Le marathon est ma meilleure compétition. Je n’ai pas naturellement une vitesse très élevée, mais j’ai beaucoup d’endurance – et de détermination!

Comment te recharges-tu avant un entraînement ou une course difficile?
Du porridge, des pâtes et des légumes comme les haricots. Je bois aussi beaucoup d’eau. Pour être honnête je n’ai pas beaucoup d’argent pour acheter ma propre nourriture comme je dois m’assurer que les besoins des animaux sont comblés avant les miens..

Que consommes-tu au petit-déjeuner?
En fait je ne prends pas de petit-déjeuner, j’en ai rarement la temps comme je suis dehors avec les animaux et que je me lève à 3H30 du matin, c’est un peu trop tôt pour petit-déjeuner..

As-tu un plat préféré?
J’aime la nourriture très simple. Des légumes de saison et des pommes de terre. En fait ma vie ne tourne pas autour de la nourriture, je la vois simplement comme un carburant me permettant de faire des choses plus importantes pour moi, comme courir et sauver des animaux..

Veux-tu ajouter quelque chose?
J’aimerais dire que mon but principal quand je cours des marathons est de montrer que le mode de vie vegan n’est pas rédhibitoire pour quelqu’un qui veut atteindre l’excellence en sport. Tellement de personnes croient qu’en tant que végétalien, tu ne peux pas être fort et en bonne santé, et c’est tout simplement faux. Je ne cours pas seulement des marathons au niveau élite, je prends aussi soin toute seule de plus de 260 animaux sauvés et j’ai un travail très difficile – je suis pompier. Tout cela est très exigeant physiquement, je le fais en étant végétalienne et j’ai toujours fait ainsi. J’espère juste que cela démontrera aux sceptiques que c’est faisable..

Evénements marquants:
Marathon d’Amsterdam en 2005 : 9e
Marathon de Florence en 2004 : 5
Toutes les autres courses sont ici


Bon à savoir pour les personnes qui veulent courir un marathon (extrait du forum runners de veganfitness)
Salut, je sais que nous sommes tous différents et qu’il existe tant de points de vue et d’opinions différentes sur la façon dont il faut s’entraîner pour un marathon. Je ne pense pas qu’il y ait de formule toute faite pour réussir une bonne course, je pense qu’il existe une façon d’écouter son corps, d’apprendre à comprendre ce qu’il te dit et de savoir utiliser ces indications. J’ai juste pensé partager avec vous ce que je fais dans l’espoir que ça puisse être utile. Je n’utilise en fait pas de boissons énergétiques, je pense qu’elles coûtent très chères et que l’on apprend très rapidement à préparer soi-même sa propre boisson avec de l’eau, du jus d’orange, du glucose et du sel.
Je sais que des personnes utilisent des gels mais ils sont assez malsains et difficiles à avaler quand tu es à moitié déshydraté sur un marathon. En préparation marathon, je fais à peu près 20 miles [1 mile=1,6 km] par semaine en commençant 11 semaines avant le marathon et jusqu’à 3 semaines avant. Je pense que j’ai besoin de faire beaucoup de kilométrage – ma semaine la plus dure en préparation d’Amsterdam a atteint 104 miles.
Je n’emmène pas d’eau avec moi quand je vais courir. Je préfère boire beaucoup avant de partir et en rentrant. Je trouve aussi que pendant le marathon cela augmente ma confiance en moi de savoir que je peux facilement courir plus de 20 miles sans liquide et qu’ainsi, courir 26 miles avec la possibilité de boire régulièrement, c’est assez facile. Pendant une course je bois à CHAQUE ravitaillement. Je prends juste de l’eau mais j’en bois vraiment BEAUCOUP pendant la course. Même quand j’ai l’impression que je n’ai pas besoin de boire, je bois autant que possible. Je pense qu’on en ressent les bénéfices sur les tout derniers kilomètres. Je sais que ce ne sera pas la tasse de thé de tout le monde de dire cela mais je trouve que cela marche pour moi. L’autre chose que j’ai envie de mettre au point concerne les 3 semaines précédant la course pendant lesquelles il faudrait courir moins – je m’entraîne 7 jours sur 8, pendant 3 de ces jours, je m’entraîne 2 fois par jour en mélangeant les séances de course longues et un travail de qualité, de vitesse. Je trouve que je fonctionne mieux si je travaille le plus dur possible en étant au maximum de mes capacités -quand je peux le supporter- et ne suis pas tentée de sortir et faire « quelques kilomètres supplémentaires ». De cette façon, les jours de course, quand tes jambes sont complètement reposées, tu as l’impression de planer. Bonne chance. Fiona

A propos de l’entraînement pour les distances plus courtes.
La raison qui fait que mes temps sont meilleurs quand la distance augmente est que je n’ai pas fait de temps correct sur des distances plus courtes depuis un moment – espérons que mes temps s’amélioreront maintenant que je me concentre beaucoup plus sur un travail de vitesse. Je fais quatre séances de vitesse par semaine -que ce soit sur piste ou sur route- aussi bien que du travail sur longues distances. Je m’entraîne aussi 7 jours sur 8, deux fois par jour durant ces trois jours où j’espère améliorer mon endurance. Mon travail de vitesse alterne entre 400 m de récupération et 8 minutes à fond. C’est très dur en fait, je me sens assez fatiguée!

Vous souhaitez aider Fiona?
Chacun peut parrainer les animaux en donnant ce qu’il veut. Vous pouvez le faire par paiement sécurisé, par prélèvement automatique, par PAYPAL (ce qui est gratuit) ou simplement en envoyant un chèque au Refuge. Avec plus de 260 animaux sauvés, dont 26 chevaux et 5 vaches, 50 chats, 28 cochons, 20 chèvres et des tas d’autres animaux dont une personne doit prendre soin toute seule, les choses peuvent devenir très difficiles et l’argent se commencer à manquer. Ça n’a pas vraiment d’importance si les gens ne peuvent se permettre que d’envoyer de petites sommes. De nombreuses petites sommes font une grosse somme, et chaque centime sert directement à nourrir les animaux. Ça serait génial que l’on se rencontre à Amsterdam mais je n’ai pas encore les détails de mon voyage. Dès que je les aurai, je les posterai sur Internet. Mes meilleurs vœux. Fiona.

Traduction de: inonie